fr

Le groupe

MARC LADREIT DE LACHARRIÈRE PRÉSIDENT ET FONDATEUR DE FIMALAC

Marc Ladreit de Lacharrière est né le 6 novembre 1940 à Nice (Alpes-Maritimes). Il est issu d’une vieille famille ardéchoise originaire du hameau de La Charrière. Il est ancien élève de l’Ecole Nationale d’administration, promotion Robespierre.

En 1970, il intègre la Banque de Suez et de l’Union des Mines qui deviendra Indosuez. Après y avoir occupé différentes fonctions, il devient responsable du M&A (département fusions-acquisitions) tant de la Banque que de sa maison-mère, la Compagnie Financière de Suez. Il quitte en 1976 cet établissement pour entrer chez L’Oréal comme directeur financier et en deviendra le Vice-Président Directeur Général adjoint jusqu’à son départ en 1991 pour créer Fimalac.

En sus de ses activités propres, Marc Ladreit de Lacharrière a été coopté au conseil d’administration de grandes entreprises françaises, comme le Crédit Lyonnais, Air France, France Telecom devenu Orange, Renault, Casino, ainsi qu’au conseil d’administration de la Fondation Nationale des Sciences Politiques (FNSP).

I - FIMALAC DE SA CRÉATION (1991) À AUJOURD'HUI : UNE VOLONTÉ DE CONQUÊTE MONDIALE

Les débuts opérationnels de Fimalac datent de 1991.

L’ambition était de créer un groupe indépendant, opérateur industriel de long terme, avec une stratégie de contrôle. Les investissements n’avaient pas pour vocation à être complémentaires afin de lisser les cycles conjoncturels dans le cadre d’une stratégie financière prudente. Mais surtout, la stratégie était de constituer un groupe composé de sociétés leaders sur le marché national, aptes à le devenir en Europe, et à figurer parmi les groupes mondiaux dans des secteurs d’activités nouveaux résultant de la mondialisation.

Ces intuitions, fondement de la naissance de Fimalac, devaient conduire à explorer les métiers du XXIème siècle, saisir avant les autres « ce qui commence » et sortir des « sentiers battus ».

Dès ses débuts, Fimalac privilégie trois participations stratégiques et à fort potentiel de développement international : le stockage de produits chimiques, les études de marketing et d’opinion, et la notation financière, en vue de constituer des leaders mondiaux à partir de leur base nationale.

La création du 2ème opérateur mondial de stockeurs indépendants de produits chimiques : LB Chimie

Anticipant que l’accélération de la mondialisation dans le domaine des échanges favoriserait l’externalisation de l’activité de stockage des produits chimiques de la part des grandes entreprises pétrolières et chimiques, Fimalac crée LB Chimie en septembre 1992. Cette société est au départ principalement active dans le port du Havre en France, puis s’étend ensuite dans les principaux ports français, notamment à Marseille, pour devenir le premier stockeur portuaire de produits chimiques en France. Après la France, LBC s’étend en Belgique aux Pays-Bas, au Portugal et en Espagne. Ainsi, dès 1995, LBC devient le leader européen dans son domaine d’activités.

En 1998, LBC franchira une étape décisive de son développement international avec l’acquisition de la société américaine PetroUnited installée dans la zone du « ship channel » à Houston, l’un des plus importants complexes portuaires chimiques et pétrochimiques du monde.

Ainsi, grâce à une stratégie de « build up », en partant d’une implantation purement française, LB Chimie s’est ainsi d’abord développée avec succès en Europe, puis s’est hissée à partir de 1998 au rang de n°2 mondial des stockeurs indépendants de produits chimiques. LB Chimie illustre ainsi le modèle de développement de Fimalac.

La construction du 4ème groupe mondial dans les études de marketing et d'opinion : SOFRES

Fimalac prend le contrôle de Sofres en janvier 1992. Essentiellement française, connue pour les sondages d’opinion dans le domaine politique, Sofres réalisait surtout des études ad hoc pour un certain nombre de groupes français.

Afin de faire de la Sofres un acteur majeur, Fimalac engage une politique d’acquisition d’activités complémentaires pour élargir les produits traditionnels de Sofres aux panels de consommateurs, à la mesure d’audience et aux piges publicitaires, tout en développant en parallèle plusieurs implantations en Europe. C’est ainsi que seront acquises la Secodip, dès avril 1992, et Louis Harris en juillet 1994.

Une importante étape d’internationalisation a été ensuite franchie en mai 1995, avec l’acquisition par Sofres de Frank Small & Associates, présente en Australie et dans une dizaine de pays de la zone asiatique.

Fin 1995, le groupe Sofres, avec une présence dans 7 pays d’Europe et 12 pays d’Asie, était devenu grâce une nouvelle fois au modèle de développement de Fimalac, le 4ème  groupe mondial et le 2ème  en Asie. Elle sera plus tard adossée avec succès au leader européen Taylor Nelson, qui deviendra sous le nom Taylor Nelson Sofres, le leader mondial.

La naissance du 3ème intervenant mondial dans la notation financière : FITCH

Anticipant les effets de la dérégulation et de la désintermédiation financières, Marc Ladreit de Lacharrière mise sur le secteur de la notation financière, une des activités très prometteuse du monde financier et s’y investit dès la création de son Groupe.

En 1992, Fimalac démarre une petite activité de notation, avec une dizaine de personnes en France. Ces premiers pas modestes dans le domaine de la notation le confortent dans sa conviction en constatant très vite le fort potentiel. En octobre 1992, Fimalac acquiert la société IBCA basée à Londres, qui devient alors le véhicule de notation du Groupe. Les années suivantes sont consacrées à l’élargissement des métiers et du maillage géographique d’IBCA, surtout en Europe. Pour devenir un acteur sur le plan mondial, il est apparu impératif de prendre une assise aux Etats-Unis, ce qui sera fait fin 1997, avec l’acquisition de Fitch.

La réunion en décembre 1997 de Fitch et d’IBCA sous la marque « Fitch-IBCA » a permis de combiner fructueusement le fort ancrage de Fitch aux Etats-Unis et l’implantation d’IBCA en Europe, renommée pour son expertise dans le domaine des institutions financières. Dès la fin 1997, Fitch-IBCA se positionne comme la plus grande des agences moyennes, avec 18 sociétés filiales et agences implantées dans le monde entier.

Au cours de l’année 2000, les acquisitions de l’agence américaine Duff & Phelps et de l’agence canadienne BankWatch ont permis à Fitch-IBCA, renommée alors « Fitch Ratings », d’accéder au troisième rang mondial. De 2001 à 2004, Fitch Ratings renforce sa présence en Asie, en développant notamment des filiales à Hong Kong, Singapour et dans les principaux pays d’Asie, elle renforce également ses bureaux européens et commence à opérer en Amérique latine. L’année 2004 marque un tournant dans la reconnaissance mondiale de la marque avec son entrée dans les grands indices obligataires américains. Plus tard, Fitch Ratings prendra le contrôle de Korea Ratings, première agence de notation coréenne et se renforcera encore en Asie, notamment avec la prise de participation de 49% de China Lianhe Credit Ratings.

En 2006, Fimalac cède 20% de Fitch sur sa part de 100% au groupe américain Hearst Corporation. Cette cession permet à Fimalac de s’appuyer sur l’un des plus grands groupes mondiaux de communication. Entre 2009 et 2012, des fractions supplémentaires du capital sont cédées à Hearst Corporation.

Après avoir été d’abord l’unique actionnaire puis l’actionnaire majoritaire pendant pratiquement deux décennies, Fimalac vend 30% de ses parts en mars 2015 au groupe Hearst Corporation pour 2 milliards de dollars, puis en avril 2018, lui vend le solde de ses parts (20%) pour 2,8 milliards de dollars. Fimalac aura ainsi construit de toutes pièces et en quelques années, un géant mondial de la notation.

II - LA COTATION EN BOURSE, 24 JUIN 1996

  • En 1992 était pris le contrôle de la société LBC, dont la capitalisation boursière s’élevait à moins de 100 millions d’euros. Cette société devint le pivot du groupe, en dessous duquel s’effectuaient toutes les acquisitions.
  • Le 24 juin 1996, à la suite de la fusion de LBC avec d’autres sociétés du groupe, Fimalac était cotée. La capitalisation boursière ressortait à 352 millions d’euros. La cotation marqua la consécration d’un groupe désormais reconnu par les investisseurs, d’abord essentiellement français, qui s’élargira progressivement à l’actionnariat étranger.
  • Marc Ladreit de Lacharrière ayant progressivement augmenté sa participation dans Fimalac, la stratégie de Fimalac ne s’appuyant pas sur l’appel au marché financier, la cotation ne se justifiait plus. Fimalac est retirée de la cote le 17 juillet 2017, sa dernière capitalisation s’élevant à 3, 236 milliards d’euros.Ainsi, le petit actionnaire qui avait suivi Fimalac depuis l’origine, en 1992 a vu la valeur de son portefeuille multiplié par 32 fois en 25 ans. Marc Ladreit de Lacharrière détient maintenant 100% du groupe.

III - FIMALAC AUJOURD'HUI (30 septembre 2018)

Aujourd’hui, Fimalac développe 5 pôles principaux d’activités : les médias digitaux avec Webedia, le spectacle vivant via l’organisation des spectacles et l’exploitation de salles (Fimalac Entertainment), l’hôtellerie de luxe et les loisirs au travers du Groupe Barrière, le capital investissement avec principalement Warburg Pincus, et l’immobilier avec des immeubles à Paris, New York et Londres qui lui procurent des revenus récurrents. Par ailleurs, Fimalac dispose aujourd’hui d’une trésorerie très élevée (3,2 milliards de dollars), lui procurant une marge de manœuvre importante pour ses développements futurs.

Le digital : WEBEDIA

Pressentant le bouleversement apporté par le numérique, Marc Ladreit de Lacharrière a fait prendre un tournant stratégique à Fimalac, avec l’ambition pour sa filiale Webedia (acquise en 2013), de construire un champion du média digital d’envergure mondiale, tant en termes d’audience que de chiffre d’affaires.

Depuis 2013, Webedia s’est construit sur le même modèle cher à Fimalac : celui du « build up », c’est-à-dire des acquisitions brique par brique d’entités pouvant permettre à l’affaire nationale de devenir un des leaders sur son secteur en Europe puis au niveau mondial.

Dirigé par Véronique Morali et Cédric Siré, Webedia construit un maillage global unique de médias, talents, événements et services sur les thématiques les plus fortes du divertissement et des loisirs : cinéma, jeu vidéo, lifestyle, cuisine et gastronomie, voyage, culture et tech – et désormais santé et parentalité.

Webedia a poursuivi au cours de ces dernières années une politique active d’investissement et de diversification, en France et à l’international : d’éditeur de sites Internet verticalisés, Webedia s’est mué en un groupe média diversifié d’envergure. Trois piliers structurent ainsi l’activité : le “publishing”, soit l’édition thématique de médias en ligne ; la production audiovisuelle et événementielle ; les services auprès des entreprises.

Son développement est structuré par cinq principes fondateurs : l’agilité comme valeur première, la complémentarité aux GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon), des cycles de croissance portés par la diversité des activités, un socle technologique expert et un management entrepreneurial.

  • Le publishing

Depuis plus de 10 ans, Webedia est expert dans la construction de communautés digitales : capter l’attention d’audiences exigeantes et sur-sollicitées est le défi relevé au quotidien via ses 60 marques médias et grâce aux nouveaux talents du marketing d’influence. Webedia rassemble aujourd’hui plus de 276 millions de visiteurs uniques mensuels dans le monde, dont 47 millions en France – où il est le 1er groupe média dans le domaine de l’”entertainment”.

Par ailleurs, Webedia est l’acteur numéro un en France du marketing d’influence, et possède l’un des plus puissants réseaux mondiaux d’influenceurs sur les plateformes telles que YouTube ou Twitch. Plus de 700 talents influenceurs signés en exclusivité : notamment Vanoss, Cyprien, Inox, Michou, Norman, Natoo, El Rubius, Willy Rex. Ces derniers comptabilisent plus de 250 millions d’abonnés YouTube et 4,2 milliards de vues vidéo par mois dans le monde.

En rassemblant des communautés engagées autour d’acteurs incontournables dans leur secteur, Webedia propose un modèle unique aux marques, permettant de cibler au mieux leurs communications, grâce également à un socle technique extrêmement robuste.

  • La production audiovisuelle et événementielle

En complément de son modèle média financé essentiellement par la publicité, Webedia se positionne de façon stratégique en tant que producteur audiovisuel : le groupe crée des contenus à destination des chaînes de télévision, des plateformes vidéo par abonnement ou du cinéma. Pour renforcer sa position, Webedia a été rejoint en janvier 2019 par la société de production Elephant. Celle-ci possède un savoir-faire reconnu dans 4 genres, en produisant notamment les émissions de flux ou magazines, des documentaires cinéma ou télévisuels, des fictions – séries TV, et des films de cinéma, ainsi que des films d’entreprise.

Webedia renforce également sa position d’acteur majeur dans l’e-sport, en organisant notamment de nombreux tournois et manifestations réunissant des passionnés, comme l’ESWC dans 3 pays. De façon plus globale, Webedia conçoit et opère plus de 100 événements et salons professionnels par an pour ses clients, avec des visées de communication externe ou interne et de distribution.

  • Les services auprès des entreprises

Partenaire stratégique dès 2015 de la société Tradelab dans le domaine de la publicité programmatique, Webedia renforce son socle technologique avec l’acquisition d’Uptilab en 2017. L’année 2019 marque un tournant pour le groupe, avec l’acquisition de Jellyfish, société créée à Londres en 2005, devenue le premier indépendant à dimension mondiale qui accompagne les annonceurs dans la construction de leur marketing digital. Le nouvel ensemble ainsi formé avec la fusion de Jellyfish, Tradelab et Uptilab propose une suite unique de solutions fondées sur les données, combinant des compétences opérationnelles, technologiques et conseil. Jellyfish est l’un des premiers partenaires de Google au niveau mondial sur ses outils marketing (“Google Marketing Partner”). Fimalac devient ainsi actionnaire majoritaire de ce groupement qui rassemble plus de 1100 collaborateurs dans le monde entier.

Dans cette stratégie de services complémentaires aux prestations des GAFA, la pépite du e-retail Seelk, acquise par Fimalac en mai 2019, fusionne avec Jellyfish pour bâtir un ultra-spécialiste d’Amazon, et plus largement de l’e-commerce global, dans une ère où la vente en ligne est plus que jamais un moteur de la croissance nécessaire pour les marques. Bientôt rejoint par Quill, dont le dispositif de production industrialisée de contenus est particulièrement attractif pour les marques commerçantes.

En parallèle de la constitution d’un agence digitale globale, Webedia développe une offre d’outils technologiques disponibles par abonnement (les “Saas : Software as a Service”, soit des “logiciels en tant que service”), dont les licences génèrent des revenus récurrents : optimisation du référencement, création de jeux mobiles, analyse des parcours de navigation sur un site donné, outil de gestion de la relation client. Cette offre est complétée en 2019 par l’acquisition de la société Partoo, permettant aux réseaux de distribution d’optimiser la visibilité en ligne de leurs points de vente. Cette startup en forte croissance opère déjà en France, en Espagne, en Italie et au Brésil et continue de construire son implantation au niveau mondial.

En 2019, Webedia poursuit le déploiement de son modèle à l’international avec le passage d’une stratégie multi-locale à l’extension de métiers à l’échelle mondiale. En développant son implantation internationale, fin 2019, Webedia est présent dans 24 pays au sein de 48 bureaux et un total de 3800 collaborateurs, dont 1700 à l’international.

Le spectacle vivant : FIMALAC ENTERTAINMENT

Depuis sa fondation, Fimalac crée et accompagne de nombreux projets en faveur de la promotion des arts et pratiques artistiques et culturelles.

En 2010, à travers Fimalac Entertainment dirigé par Aurélien Binder, Fimalac a créé une filiale dédiée au spectacle vivant, avec l’ambition d’accompagner sur une longue durée la carrière des artistes, exclusivement francophones, en mettant à leur disposition les moyens financiers et les services nécessaires à la promotion de leurs talents, préservant ainsi leur autonomie et leur créativité. La culture ne s’industrialise pas. Son modèle se distingue du schéma de gestion traditionnel à 360° qui enferme les artistes dans une organisation contraignante et pénalisante.

Pour Fimalac, c’est la possibilité d’accompagner une filière artisanale et d’en faire une activité structurée et durable, capable de défendre l’exception culturelle française.

Fimalac Entertainment n’accompagne que des artistes francophones, chanteurs et humoristes dont Francis Cabrel, Julien Clerc, Manu Payet, Mylène Farmer, Michel Sardou, Kendji, Calogero, Laurent Gerra, Jamel Debbouze, Florence Foresti, Stromae, Julien Doré et David Guetta, ce qui en fait le leader français sur le secteur, à travers une dizaine de sociétés de production de renom.

Fait également partie du groupe, AS Talents, agence artistique dirigée par Alexandra Schamis, avec près de 200 acteurs et une centaine d’auteurs-réalisateurs, notamment Franck Dubosc, Christian Clavier, Jean Reno, Michaël Youn, Mathilde Seigner, Sylvie Testud, Gérard Lanvin, André Dussollier, Jérôme Commandeur, Fabrice Eboué…

Pour associer le contenu au contenant, Fimalac est devenu le bras armé des collectivités locales dans les activités culturelles par le biais de délégation de service public. Il est ainsi devenu le leader français de l’exploitation de salles dédiées aux spectacles et exploite environ une vingtaine de salles incluant des « Zéniths » et des « salles polyvalentes ».
Fimalac Entertainment couvre aussi le divertissement des salles du Groupe Barrière, soit une quarantaine de salles dont certaines de grande capacité, telles Toulouse, Lille, Bordeaux.

A Paris, Fimalac Entertainment exploite des lieux emblématiques tels que la salle Pleyel, le Théâtre de la Porte Saint-Martin, le Théâtre Marigny, le Théâtre de Paris, les Bouffes Parisiens, le Théâtre de la Michodière et a une participation minoritaire dans le Théâtre de la Madeleine. A ce titre, Fimalac Entertainment possède 25 % de la jauge totale des théâtres privés parisiens.

Concernant les théâtres en propre, ne sont programmés que des projets de haute gamme culturelle. Les théâtres du groupe doivent être des terrains d’expression des personnalités reconnues par leur talent, libres, exigeantes et passionnées telles que Jean-Luc Choplin, Jean Robert-Charrier, Michel Lumbroso et Philippe Lellouche, ou encore Stéphane Hillel et Richard Caillat. Ils ont pour mission de mettre en valeur ces lieux mythiques qui appartiennent au patrimoine culturel, en garantissant leur incarnation artistique et leur âme.

Avec cette position de premier plan dans le spectacle vivant, Fimalac peut agir en faveur du développement culturel français en favorisant la créativité de chaque talent grâce à l’autonomie de leur choix : liberté de choisir leur maison de disques, l’organisation de leurs tournées, et leurs salles de spectacle.

Hôtellerie de luxe et loisirs : GROUPE BARRIERE

Fimalac fait son entrée au capital de Groupe Barrière en 2011 et en détient 40%. Groupe Barrière a su, depuis plus d’un siècle, développer des offres sans équivalent dans le domaine des loisirs haut de gamme. C’est une référence de l’hôtellerie de luxe à la française et le leader européen des casinos. Groupe Barrière exploite aujourd’hui 18 hôtels et 34 casinos en France, en Suisse et dans quelques autres pays.

Dans le prolongement de son association avec la famille Desseigne-Barrière, Fimalac a également acquis une participation de 10% dans SFCMC, la Société Fermière du Casino Municipal de Cannes. SFCMC exploite deux hôtels et deux casinos prestigieux à Cannes (dont le Majestic Barrière) et offre une gamme complète de jeux, de loisirs et de divertissements.

Groupe Barrière développe sa stratégie dans le divertissement en s’appuyant notamment sur Fimalac Entertainment pour l’exploitation de ses salles de spectacles, ainsi que sur Webedia pour les loisirs et le divertissement.

Capital investissement : WARBURG PINCUS

Le groupe Fimalac est le principal actionnaire avec une participation de 5% dans le partnership de la société Warburg Pincus. Marc Ladreit de Lacharrière en est le Senior strategic partner.

Warburg Pincus est l’un des dix plus grands groupe mondiaux de capital investissement spécialisé dans les investissements de croissance depuis 50 ans, et qui a déjà investi plus de 90 milliards de dollars dans 930 sociétés à travers 40 pays dans le monde.

Son portefeuille comporte plus de 200 sociétés dont les stades de développement, les secteurs d’activité et les implantations géographiques sont très diversifiés.

L’expérience de Warburg Pincus lui permet d’établir des partenariats avec les équipes dirigeantes des sociétés dans lesquelles le groupe investit, afin de favoriser leur développement et la création de valeur.

Le groupe a son siège à New York et possède également des bureaux à Amsterdam, Pékin, Hong Kong, Londres, Luxembourg, Mumbai, San Francisco, Sao Paulo et Shanghai.

Activités immobilières

Fimalac détient un imposant immeuble de bureaux à Londres, d’une surface d’environ 33 000 m², dans le prestigieux quartier des affaires de Canary Wharf.

A New-York, le groupe détient un immeuble de bureaux d’environ 10 000 m², à une adresse exceptionnelle à Manhattan, sur la 5ème avenue entre la 54ème et la 55ème rue, au cœur du Plaza District, proche de Rockefeller Center et de Central Park.

Fimalac détient aussi à Paris plusieurs immeubles de bureaux, dont son siège social rue de Lille, mais aussi Place du Général Catroux, et à Levallois-Perret.

Ainsi, le groupe Fimalac gère un portefeuille immobilier d’environ 60 000 m².

IV - LES ENGAGEMENTS DE FIMALAC

Depuis la création de Fimalac en 1991, Marc Ladreit de Lacharrière a souhaité que son entreprise puisse contribuer à agir en faveur d’une société plus harmonieuse et solidaire, notamment au travers de la fondation d’entreprise, la Fondation Culture & Diversité. Ces engagements se déploient en favorisant l’accès des jeunes issus des milieux défavorisés aux pratiques artistiques et culturelles. Ils se poursuivent par des actions en faveur du rayonnement culturel de la France.

Les engagements en faveur d'une société française plus harmonieuse et solidaire

Marc Ladreit de Lacharrière a toujours considéré que le rôle d’un chef d’entreprise qui réussit est aussi de s’engager dans la cité : ses engagements philanthropiques ont été pris avec la conviction que la lutte contre l’exclusion est un enjeu majeur de notre société. C’est avec cette conviction que Marc Ladreit de Lacharrière s’engage en faveur de la diversité et d’une meilleure cohésion sociale.

La Fondation Agir Contre l’Exclusion (FACE)

En 1991, Marc Ladreit de Lacharrière a cofondé la Fondation Agir Contre l’Exclusion, dont l’objectif est de développer l’insertion professionnelle des Français issus de l’immigration. La Fondation s’est implantée dans des quartiers en difficulté dans de nombreuses villes de France.

Elémiah

En 2006, Marc Ladreit de Lacharrière a créé avec Yamina Benguigui la société de production Elémiah, avec l’ambition de favoriser la représentation des Français issus de l’immigration à la télévision et au cinéma. Aujourd’hui, Elémiah, portée par une équipe impliquée et engagée, poursuit son développement en souhaitant proposer des œuvres qui posent les bases d’un questionnement et d’une réflexion sur notre société.

La Fondation Culture & Diversité

Créée en 2006 à l’initiative de Marc Ladreit de Lacharrière, la Fondation Culture & Diversité prolonge ses engagements dans le champ de la culture et de la lutte contre les inégalités sociales. La création de la Fondation s’inscrit dans le parcours d’un entrepreneur engagé, convaincu qu’il faut mettre sa réussite et celle de son entreprise au service d’;une société plus harmonieuse.
Fondation d’entreprise opératrice unique en son genre, la Fondation Culture & Diversité a pour mission de favoriser l’accès aux arts et à la culture des jeunes issus de milieux modestes. Depuis son lancement en 2006, elle conçoit et mène directement sur le terrain avec ses partenaires culturels, éducatifs et sociaux des programmes pérennes. Plus de 50 000 jeunes ont d’ores et déjà bénéficié de ses actions.
La Fondation Culture & Diversité met en place des programmes artistiques et culturels selon deux axes d’actions : l’égalité des chances dans l’accès aux grandes Ecoles de la Culture et la cohésion sociale par l’éducation culturelle et artistique. Ces programmes sont menés en partenariat avec les ministères de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports et le ministère de la Culture.

L’égalité des chances

Les programmes en faveur de l’égalité des chances visent à favoriser l’accès aux études supérieures artistiques et culturelles aux jeunes issus des milieux modestes. La Fondation Culture & Diversité met en place 12 programmes, en partenariat avec des établissements d’enseignement supérieur, les ministère de la Culture et de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports.
Ainsi, la Fondation compte parmi ses partenaires l’Ecole du Louvre, l’Institut national du patrimoine, l’Ecole nationale des chartes, les Ecoles supérieures d’arts appliqués Boulle, Duperré, Estienne et l’ENSAAMA, l’Institut Français de la Mode, 20 Ecoles supérieures d’art et de design, 17 Ecoles nationales supérieures d’architecture, l’Ecole supérieure de journalisme de Lille, l’Ecole nationale supérieure Louis-Lumière, La Fémis, l’Institut national de l’audiovisuel, la Comédie – Ecole supérieure d’art dramatique, l’Académie de l’Union – Ecole Supérieure Professionnelle de Théâtre du Limousin, et le Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique – CNSAD.

La Fondation Culture & Diversité met également  en place des programmes de résidences de création pour aider de jeunes artistes dans leurs premiers projets professionnels : Voyager pour les métiers d’art, en partenariat avec l’UNESCO, la Résidence à La Fémis, la Résidence C&D, en partenariat avec la Cité internationale des arts et la Résidence de découverte Villa Médicis – Fondation Culture & Diversité, en partenariat avec l’Académie de France à Rome et la Résidence Artiste Intervant.e en Milieu Scolaire en partenariat avec le ministère de la Culture et les cinq grandes Écoles nationales supérieures d’art de Paris.

La cohésion sociale

La Fondation Culture & Diversité met en place, de manière opérationnelle, des programmes en faveur de la cohésion sociale. Les programmes menés par la Fondation ont pour but de développer des actions d’éducation artistique et culturelle auprès des jeunes issus de milieux modestes. Ils reposent sur la conviction que le partage de repères culturels et les pratiques artistiques favorisent la cohésion sociale. Le programme Arts, Cultures & Protection de l’enfance met en lien de façon expérimentale sur 3 ans des clubs de prévention et des structures culturelles dans le département du Nord afin d’inventer de nouvelles modalités d’accès aux arts et à la culture. Le Trophée d’Impro Culture & Diversité est développé avec 21 compagnies d’improvisation théâtrale partout en France. Slam à l’Ecole, créé en 2015 avec la Ligue Slam de France, est un programme soutenu par le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports et sous le parrainage de l’artiste Grand Corps Malade.
La Fondation Culture & Diversité récompense également chaque année les meilleures actions d’accès aux arts et à la culture et les meilleures innovations créatives en faveur de la transition écologique en remettant deux prix : le prix de l’Audace artistique et culturelle, en partenariat avec les ministères de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports, de la Culture et de l’Agriculture et de l’Alimentation, le Prix étudiant COAL – Culture & Diversité, en partenariat avec l’association COAL.

Les actions en faveur du rayonnement culturel de la France

Le musée du Louvre

En 1995, Marc Ladreit de Lacharrière a souhaité engager durablement son entreprise auprès du département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre.
L’ampleur et la pérennité de ce soutien a permis à Fimalac de figurer parmi la liste très limitée des Grands Mécènes, et à ce titre, Marc Ladreit de Lacharrière a été désigné Mécène Historique du musée (2011).

Le Prix de Photographie Marc Ladreit de Lacharrière en partenariat avec l’Académie des beaux- arts

En 2006, Marc Ladreit de Lacharrière est à l’initiative de la création du Prix de Photographie Marc Ladreit de Lacharrière, en partenariat avec l’Académie des beaux-arts, dont il est le président et mécène exclusif.
Depuis plus de 10 ans, le Prix entend aider un photographe professionnel à réaliser un projet significatif dont le sujet, le mode de traitement et le support du travail photographique sont libres.

Fimalac et le patrimoine

Fimalac est membre fondateur et administrateur de la Fondation du patrimoine depuis sa création en 1996. L’objectif de la Fondation est de préserver et de mettre en valeur le patrimoine de proximité non protégé par l’Etat.

L’Association pour le rayonnement de la Grotte Chauvet – Pont-d’Arc

L’Association pour le rayonnement de la Grotte Chauvet – Pont d’Arc, a été créée en 2011 par le président du Syndicat mixte Espace de Restitution de la Grotte Chauvet, le président de la Région Auvergne Rhône-Alpes et Marc Ladreit de Lacharrière, son président depuis l’origine.
L’Association a soutenu l’inscription de la Grotte au Patrimoine mondial de l’UNESCO, inscrite depuis le 22 juin 2014 sur la Liste du patrimoine mondial de l’Humanité.
L’Association a pour but de valoriser la Grotte sur le plan culturel et artistique, et de participer au rayonnement national et international de ce trésor inestimable, réalisé il y a plus de 36 000 ans, et qui réunit plus de 450 peintures d’animaux dans un environnement fermé au public pour des raisons de conservation.

Fimalac et le soutien à la création théâtrale

En 2005, Fimalac engageait un partenariat avec le Théâtre du Rond-Point en apportant son soutien à la rénovation de la salle Roland Topor, auteur de théâtre anticonformiste. Cette très belle salle est venue enrichir le Théâtre du Rond-Point d’un espace dédié aux écritures contemporaines. C’est dans cet esprit que Fimalac a également soutenu de nombreux spectacles.
Marc Ladreit de Lacharrière est aussi membre fondateur de la Fondation Jacques Toja pour le Théâtre. Créée en 1983, la Fondation Jacques Toja avait pour mission d’accorder des dons ou prêts à des productions théâtrales. Première fondation dédiée exclusivement à l’art dramatique, elle a soutenu plus de 160 spectacles. Elle est aujourd’hui dissoute au bénéfice de La Colline, qui met en place une bourse de résidence d’artistes.

V. LES ENGAGEMENTS PERSONNELS DE MARC LADREIT DE LACHARRIERE

L’Association des Musées Méconnus de la Méditerranée (AMMed)

A la suite du « printemps arabe », Marc Ladreit de Lacharrière a créé l’Association des Musées Méconnus de la Méditerranée (AMMed) en 2010, avec pour objectif d’aider à construire une société plus harmonieuse entre les peuples du pourtour de la Méditerranée en favorisant le dialogue culturel.
En soutenant des musées exceptionnels parfois connus des seuls spécialistes, l’Association, qui bénéficie du parrainage de l’UNESCO, souhaite apporter sa contribution à la compréhension des différentes cultures qui constituent la richesse des peuples du pourtour de la Méditerranée et à une meilleure perception mutuelle de celles-ci.

Le musée du Louvre Abu Dhabi

En 2007, le Président de la République, Jacques Chirac, a sollicité Marc Ladreit de Lacharrière pour être à la tête de l’Agence France-Muséums en charge de la création du musée du Louvre Abu Dhabi, premier musée universel non-occidental.
Le Louvre Abu Dhabi repose sur la mise en commun de l’expertise des plus grands musées français, guidée par le transfert de connaissances et de compétences vers une nouvelle institution, véritable musée universel dont l’ambition est de donner à voir un récit de l’histoire mondiale de l’art, emmenant le visiteur de la préhistoire à la globalisation contemporaine. Ce musée favorise le dialogue des cultures et des civilisations.
Donation de Marc Ladreit de Lacharrière au musée du quai Branly Le 15 février 2018, Marc Ladreit de Lacharrière a fait don au musée du quai Branly, de 36 œuvres d’art africaines et océaniennes issues de sa collection. Cette donation évaluée à plus de 50 millions d’euros est la plus importante pour un musée français depuis 1945.

Membre de l’Académie des beaux-arts (Institut de France)

En reconnaissance de ses nombreuses actions dans le domaine culturel et de son rôle en faveur du rayonnement culturel de la France, Marc Ladreit de Lacharrière est élu par l’Académie des beaux-arts, en son sein en 2005. Il participe activement aux missions de l’Académie des beaux-arts, l’une des cinq académies de l’Institut de France, pour encourager la création artistique et veiller à la défense du patrimoine culturel français. Il a été le Vice-président de l’Académie des beaux-arts en 2014.

Ambassadeur de la diversité culturelle à l’UNESCO

En 2009, en reconnaissance de ses engagements pour mettre l’art au service de l’égalité des chances et du dialogue des cultures et des civilisations, l’UNESCO nomme Marc Ladreit de Lacharrière en qualité d’Ambassadeur de bonne volonté en charge de la Diversité Culturelle.

Marc Ladreit de Lacharrière est aujourd’hui la seule personnalité française à être à la fois membre de l’Institut de France et Ambassadeur au sein de l’UNESCO. Ces deux fonctions symbolisent ses engagements et ses actions, en faveur du dialogue des cultures et des civilisations, du rayonnement culturel de la France et d’une société plus harmonieuse, sur le plan national et international.

Principaux mandats sociaux et fonctions actuels

  • Président Directeur général de Fimalac
  • Président de la Fondation Culture & Diversité
  • Président d’honneur de l’Agence France-Muséums
  • Président d’honneur du Comité national des conseillers du commerce extérieur

Famille

Marc Ladreit de Lacharrière est père de quatre enfants.

Nos Actualités

Tchad Cavaliers submergés par une tempête de sable © Pascal Maitre - MYOP

Lancement du Prix de Photographie Marc Ladreit de Lacharrière en partenariat avec l’Académie des beaux-arts

Lire la suite